Victimes des pesticides : décisions du tribunal judiciaire

logo du CSVPO
Exceptionnel !

 

C’est la première fois qu’un Tribunal Judiciaire (RENNES) confirme, le même jour ce 21 décembre,  le bien-fondé de 3 dossiers de victimes des pesticides que notre Collectif lui a soumis !

Vous trouverez ci-dessous et ci-joint notre communiqué de presse.

LES PESTICIDES RENDENT MALADES ET TUENT.

TROIS DÉCISIONS DU TRIBUNAL LE CONFIRMENT.

RENNES, le 22 décembre 2020

Jeudi 26 novembre, une trentaine de membres du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest étaient rassemblés devant le Tribunal judiciaire de RENNES pour soutenir trois victimes des pesticides d’Ille et Vilaine, défendus par Maître BARON.

Le pôle social du Tribunal a confirmé le bien-fondé de leurs demandes :

–          Jean Claude, technicien semences, obtient la reconnaissance de la faute inexcusable de son employeur, la coopérative AGRIAL ; Jean Claude souffre de la maladie de Parkinson et a été reconnu en maladie professionnelle en octobre 2016.

–          Edith, salariée dans des serres à tomates, est reconnue en maladie professionnelle pour Parkinson, reconnaissance que lui avait refusée la MSA Portes de Bretagne. Elle souffre de cette maladie depuis l’âge de 50 ans.

–          Christophe, paysan, est reconnu en maladie professionnelle pour un glioblastome (tumeur cérébrale), maladie hors-tableau du régime agricole des maladies professionnelles.

Christophe est décédé le 23 mars 2020 à l’âge de 43 ans. Cette reconnaissance ouvre la voie, nous l’espérons, aux 3 autres demandes de reconnaissance en cours pour des paysans et paysannes décédés de tumeurs cérébrales.

Ces décisions du Tribunal Judiciaire confirment la justesse de notre combat.

Nous voulons informer, accompagner les victimes des pesticides qu’ils soient paysans, salariés agricoles, salariés de coopératives, paysagistes, employés des espaces verts… jusqu’à la reconnaissance en maladie professionnelle et l’attribution d’une rente au malade ou à sa famille.

N’oublions pas que les pesticides provoquent des maladies graves, qu’ils tuent et détruisent des couples et des familles.

Contrairement à ce que souhaiteraient les lobbies de l’agroalimentaire et leurs relais, nous continuons notre combat pour une agriculture sans pesticide, respectueuse de la santé humaine et de la nature.

Le groupe de coordination du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest

Tél : 06 73 19 56 07

https://victimepesticide-ouest.ecosolidaire.fr/

https://www.facebook.com/victimepesticide.ouest/

victime.pesticide.ouest@ecosolidaire.fr

STOP NEONICS les premières photos

Ce vendredi 18 décembre ont eu lieu les premières manifestations de STOP NEONICS

Avant la mise en place du trombinoscope promis, qui ne saurait tarder, voici les retours de manifestations :

Quelques paroles entendues dans les manifestations : « Bonheur de pouvoir se retrouver enfin autour d’une cause ». « Ça nous réveille, ça nous sort de l’anesthésie »

Vu à la manif de Dinan
Dinan – permanence de Hervé Berville

Sur le web :

Sur le site de France Bleu Breizh Izel

Le télégramme -Chateaulin : permanence de Richard Ferrand

Ouest France Lorient – permanence de Gwendal Rouillard

Le Télégramme – Dinan : permanence d’Hervé Berville

Le Télégramme – Pont L’Abbé : permanence de Liliana Tanguy

Ouest France – Pont L’Abbé : permanence de Liliana Tanguy

Le Télégramme – Concarneau – permanence de Erwan Balanant : merci !!!

Le Télégramme – Hennebont- permanence de Jean Michel Jacques

Le Télégramme – Saint Avé : permanence de Hervé Pellois

Ouest France – Saint Avé : permanence de Hervé Pellois

Ouest France – Saint Brieuc : permanence de Bruno Joncour

 

Premières images

18 décembre : Stop néonics : manif contre les néonicotinoïdes

LA POLLUTICK TUE
LA POLLUTICK TUE

Objet de la manif STOP NEONICS

Tout est expliqué par ici

Quand ?

Le 18 décembre 2020 à 18h30
Pour toutes les manifs : même horaire
Prévoyez d’arriver un peu avant sur place et le temps de retour à votre domicile avant …

Où ?

Dans les Côtes d’Armor

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE

DINAN

64 bis rue de Brest
devant la permanence de Mr le Député
Hervé Berville

 

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


SAINT BRIEUC
17, allée Marie Le Vaillant
devant la permanence de Mr le Député
Bruno Joncourt

Dans le Finistère

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


LANDERNEAU

54 Quai de Léon
devant la permanence de Mme la Députée
Graziella Melchior

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


CHATEAULIN

2 rue Baltzer
devant la permanence de Mr le Député
Richard Ferrand

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE

PONT L’ABBÉ
Parking – 12 rue du Prat
devant la permanence de Madame la Députée
Liliana Tanguy

 

 

Abeille heureuse
Abeille heureuse sans néonicotinoïdes


CONCARNEAU

40 Rue Bayard
devant la permanence de Mr le Député
Erwan Balanant

En Loire Atlantique

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE

SAINT NAZAIRE
Place des Droits de l’Homme et du Citoyen
(avenue de la République)
devant le « dragon » rebaptisé permanence éphémère de Mme la Députée Audrey Dufeu

 

Dans le Morbihan

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


SAINT AVÉ
1O b rue Joseph Le Brix
devant la permanence de Monsieur le Député
Hervé Pellois

 

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


LORIENT

26 Cours de Chazelles
devant la permanence de Mr le Député
Gwendal Rouillard

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE


HENNEBONT

2 Quai du pont neuf
devant la permanence de Mr le Député
Jean Michel Jacques

 

Biene mit Gasmaske - abeille avec masque à gaz
LA POLLUTIK TUE

BAUD

Zone de Kermestre
Devant la permanence de Mme la Députée
Nicole Le Peih

 

 

STOP NEONICS
Gwenanenn aour/ abeille d’or

Décision du Conseil Constitutionnel sur la loi ré-autorisant les néonicotinoïdes

10 novembre 2020 : recours devant le Conseil Constitutionnel

Le 10 novembre 2020, un recours a été déposé au Conseil Constitutionnel par 84 député.e.s contre le projet de loi de réintroduction des pesticides tueurs d’abeilles, estimant notamment que le texte contrevenait « aux exigences constitutionnelles de préservation de l’environnement »

Pour rappel, depuis 2005 la charte de l’environnement est intégrée dans le bloc de constitutionnalité du droit français !

Ces 84 député.e.s sont issu.e.s des groupes communistes, socialistes, de la France insoumise, membres de l’ex-groupe Écologie Démocratie et Solidarité (EDS), mais aussi du groupe Libertés et Territoires.

 

10 décembre 2020 : décision du Conseil Constitutionnel

Par sa décision n° 2020-809 DC du 10 décembre 2020, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la loi relative aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières, dont il avait été saisi par plus de soixante députés et par plus de soixante sénateurs.

Le CS juge conforme à la Constitution, compte tenu de l’ensemble des garanties dont elle est assortie et en particulier de son application limitée exclusivement jusqu’au 1er juillet 2023, la possibilité de déroger à l’interdiction d’utiliser des produits phytopharmaceutiques contenant des néonicotinoïdes.

Nous ne partageons pas la même notion de l’Intérêt Général que le Conseil Constitutionnel pour lequel l’Intérêt général consiste entre autre, à «préserver en conséquence les entreprises agricoles et industrielles de ce secteur et leurs capacités de production.»

https://www.conseil-constitutionnel.fr/actualites/communique/decision-n-2020-809-dc-du-10-decembre-2020-communique-de-presse

 

Les décisionnaires du Conseil Constitutionnel, à qui nous devons  ces analyses pertinentes :
https://www.conseil-constitutionnel.fr/les-membres
Ainsi que de droit, tous les anciens présidents de la république.


« Secrets Toxiques » : PIG BZH s’associe à une action en justice inédite

Secrets toxiques

Action en justice inédite pour demander le retrait immédiat de pesticides contenant des toxiques cachés aux utilisateurs.

Et si le danger des pesticides ne venait pas que des matières déclarées actives (glyphosate, chlorpyriphos​, etc.) ?
Une étude scientifique​ dévoilée fin octobre démontre la présence de toxiques cachés par les fabricants dans 14 pesticides, pourtant
présentés comme des alternatives au glyphosate.

Le 1er décembre, ​9 associations – dont PIG BZH – lancent une action en justice inédite, et une campagne citoyenne “​Secrets Toxiques​”, pour exiger le retrait de 14 pesticides du marché européen et surtout la remise en cause du système d’évaluation de ces produits en France et en Europe.

Pétition pour soutenir la campagne « Secrets Toxiques »

Signer la pétition

En vidéo :

https://www.youtube.com/embed/BnUs9BGafTM

Campagne « Secrets Toxiques »

Commmuniqué de presse – Pesticides, action en justice inédite – Secrets Toxiques FR

Press release 01122020 – secrets toxiques

Secrets Toxiques

www.secretstoxiques.fr