Mobilisation internationale pour la défense de l’eau : 24 / 25 et 26 mars dans le Poitou

Mobilisation internationale les 24, 25 et 26 mars

https://bassinesnonmerci.fr/index.php/2023/01/12/25-mars-pas-une-bassine-de-plus-mobilisation-internationale-pour-la-defense-de-leau/

Programme de la manif 24/25/26

https://bassinesnonmerci.fr/index.php/programme/

Programme des réunions publiques dans le Finistère

Plonéour-Lanvern 01-mars 19h30 Salle Jules Ferry
Quimper 07-mars 20h30 9 rue de l’Ile d’Houat
Concarneau 08-mars 20h Maison des associations
Brest 09-mars 20h30 Avenir
Douarnenez 09-mars 20h Fraternité DZ
Quimperlé 14-mars 18h30 Ty Pouce

¡No Bassaran!

Charente-Maritime : le Conseil d’Etat confirme l’interdiction de remplir les bassines

Le Conseil d’Etat rejette ce vendredi le pourvoi des irrigants concernant le remplissage de cinq bassines controversées de Charente-Maritime.

par LIBERATION et AFP
Publié vers le 4 février 2023

Les agriculteurs pataugent avec leurs bassines. Le Conseil d’Etat a confirmé vendredi l’interdiction de remplir les cinq «bassines» controversées à usage agricole, qui font l’objet de nombreuses manifestations en Charente-Maritime. Dans un avis dont l’AFP a obtenu une copie, le Conseil d’Etat rejette ainsi le pourvoi de l’association syndicale des Roches, représentant les irrigants qui souhaitent prélever le bassin de la rivière Le Mignon, sur les communes de La Laigne, Cramchaban et la Grève-sur-le-Mignon (Charente-Maritime).

Lire notre reportage

Les bassines à Sainte-Soline, «on sait qui est contre, mais on n’en parle jamais, c’est tabou»

Depuis leur création en 2010, ces retenues autorisées par arrêtés préfectoraux ont donné lieu à nombre de recours de Nature Environnement 17 qui s’oppose à leur usage, comme pour celles toutes proches des Deux-Sèvres. Dans son jugement du 17 mai, la cour administrative d’appel de Bordeaux avait interdit de les remplir, notant «l’insuffisance» ou «l’absence de données» de certains aspects des études d’impact avancées par les irrigants, notamment sur les effets des prélèvements, l’absence de sources de certains chiffres avancés ou des mesures ne permettant pas un «ajustement pertinent» du remplissage des réserves.

Pour demander l’annulation de l’arrêt de la cour administrative d’appel de Bordeaux, l’association syndicale des Roches soutenait que ce dernier était entaché «d’une insuffisance de motivation en ce qu’il se fonde sur des motifs hypothétiques» et plusieurs «dénaturations des pièces du dossier». Mais pour le Conseil d’Etat, «aucun de ces moyens n’est de nature à permettre l’admission du pourvoi».

5,5 millions d’euros «perdus»

Les projets de création de ces retenues d’eau controversées – des bassins à ciel ouvert, recouverts d’une immense bâche en plastique -, donnent lieu depuis des années à des manifestations, quelquefois avec heurts, organisées par des opposants qui dénoncent un «accaparement de l’eau» au profit de l’«agro-industrie».

«On s’y attendait. On va refaire une demande d’autorisation encore une fois avec une nouvelle étude d’impact mais cela prend du temps», a réagi à l’AFP Thierry Boucard, qui préside l’association. Laquelle «n’a aucune obligation à reboucher les réserves» car «légales». «Si on abandonne, c’est 5,5 millions d’euros perdus, dont 67 % d’argent public», déplore-t-il. Avec cette décision, «on donne un permis de les dégrader».

Deux militants anti-bassines étaient jugés début janvier devant le tribunal de la Rochelle pour avoir cisaillé et découpé à coups de cutters et de ciseaux une bâche de la retenue de Cramchaban en novembre 2021. Cinq mois de prison avec sursis ont été requis à leur encontre, la décision a été mise en délibéré au 2 mars.

Aujourd’hui, jeudi 2 mars, le tribunal de la Rochelle a rendu son délibéré concernant l’action menée par le Collectif Bassines Non Merci, les Soulèvements de la Terre et la Confédération Paysanne ayant abouti à la mise hors-service de la méga-bassine illégalement remplie de Cram-Chaban.
Malgré les centaines de pages de dossier et les moyens déployés pour

l’enquête, les deux militants n’ont été condamné qu’à une amende.
https://bassinesnonmerci.fr/wp-content/uploads/2023/03/CP-Jugement-du-debachage-de-la-bassine-de-Cram-Chaban-1.pdf

Collectif Bassines Non Merci : réponse au ministre de l’agriculture

BNM TV présente :

Episode 46 :
https://www.youtube.com/watch?v=te9JKbrYPYk

Julien Le Guet, porte-parole du Collectif Bassines Non Merci, répond point par point au ministre de l’agriculture.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ceux qui défendent l’accaparement de l’eau et l’agriculture industrielle sont souvent les mêmes qui prônent l’utilisation des OGM…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
D’autres épisodes et infos sur la chaîne Youtube de BNM : https://www.youtube.com/channel/UCz33op8zoam7DzLpDmCf2RA
Mauzé sur le Mignon - 6 novembre 2021

“Un printemps maraîchin contre les méga-bassines” : mobilisation du 25 au 27 mars à Mauzé sur le Mignon

Alors que le gouvernement semble vouloir pousser à fond tous les projets de méga-stockage d’eau en France et suite au Varenne de l’eau, co-piloté par la FNSEA et les agro-industriels,
Alors que la société anonyme des Deux-Sèvres se targue du remplissage d’une première bassine à Mauzé-sur-le-Mignon, dans un contexte de grave déficit hydrique des nappes phréatiques et des rivières ;
Alors que la même société anonyme annonce pouvoir démarrer trois nouvelles méga-bassines (Priaires, Epannes et Sainte Soline) ;
Alors qu’en réponse, des débâchages de bassines se multiplient en Poitou-Charentes ;

La mobilisation des militant.e.s se renforce :

“L’Etat reste sourd à nos appels

Puisqu’ils continuent à détruire

On continue de résister

Stop aux méga-bassines

Stop au pillage de l’eau

Stop à l’agro-industrie écocidaire

Stop à la destruction du vivant

Stop à la destruction des paysan.ne.s

Soulevons nous autant que nécessaire !”

Surveillance militaire des militants

Et alors que ce 18 mars, des militants de Bassines Non Merci ont découvert du matériel de surveillance militaire en face de la maison du père du porte-parole de Bassines Non Merci, un des lieux de réunion du collectif...

Domiciles sous surveillance et sans doute sur écoute !!!

https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/magne-79460/espionnage-des-anti-bassines-a-sevreau-l-etat-ne-fait-que-souffler-sur-les-braises-a76cac64-a6b9-11ec-a080-31bcc9ed3b92

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/deux-sevres-des-cameras-de-surveillance-retrouvees-pres-du-domicile-d-un-militant-anti-bassine-1647684352

“Comme ça, la préfète est branchée sur télé loutres !”
Julien Le Guet, collectif Bassines Non Merci

Ouverture d’une enquête :
https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/niort-79000/surveillance-de-militants-ecologistes-l-ouverture-immediate-d-une-enquete-demandee-3976ea4a-a875-11ec-8600-a16fb2899d5d

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/deux-sevres/niort/julien-le-guet-leader-du-mouvement-bassines-non-merci-espionne-par-une-camera-de-surveillance-2503959.html

Soyons en nombre le week-end prochain pour marquer notre unité face à ces projets.

No bassaran, et à très vite dans le Marais Poitevin !

Toutes les infos sur le site des Soulèvements de la Terre

Retrouvez toutes les infos, programme détaillé du week end et la liste des bus organisés pour la manif sur le site des Soulèvements de la Terre : https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/un-printemps-maraichin-contre-les-megabassines

 

Bus au départ de Bretagne :

Bus de Nantes

Départ de Nantes (Pl. Pirmil, 44200 Nantes et Decathlon Nantes Vertou – Rue des Grands Châtaigniers, 44120 Vertou, lieux à confirmer) samedi 26 mars à 9h. Retour de la Rochénard samedi 26 mars à 21h

Bus de Rennes

Départ de Rennes samedi 26 mars à 8h (Parc-Relais Villejean Université 2 Rue d’Alsace, lieu à confirmer), 35000 Rennes. Retour de la Rochénard samedi 26 mars à 23h

Billetterie Grand Ouest aux départs de Rouen, Nantes et Rennes : https://www.helloasso.com/associations/confederation-paysanne-nationale/evenements/printemps-maraichin-contre-les-mega-bassines-grand-ouest-pays-de-loire-normandie-bretagne

Bus de Vannes

Départ samedi 26 mars 7h place de la libération à Vannes, 7h15 arrêt parking du magasin Leroy Merlin de Séné, 7h30 arrêt au parking de covoiturage de Muzillac. Retour prévu vers 22h

Contact pour s’inscrire : Catherine 06 63 33 06 22

 

Militants anti-bassines arrêtés : solidarité et maintien de l’appel à manifestation du 6 novembre

Communiqué de presse de La Confédération paysanne, De Bassines Non Merci et des Soulèvements de la Terre
 
Le 27 octobre 2021
Militants anti-bassines arrêtés : solidarité et maintien de l’appel à manifestation du 6 novembre
Ce mercredi 27 octobre à 8h, Julien Le Guet et Thomas X, militants du collectif Bassines Non Merci ont été arrêtés chez eux puis mis en garde-à-vue. Selon la presse “cette interpellation serait en lien avec la manifestation du 22 septembre qui avait vu 700 opposant-e-s investir le chantier en cours de la première retenue à Mauzé-sur-le-Mignon et mettre les machines à l’arrêt”.
La police a également perquisitionné les appartements de 2 personnes dont un membre de la Confédération paysanne des Deux-Sèvres pour une prétendue implication dans ces actions.
Les Soulèvements de la Terre, la Confédération paysanne et Bassines Non Merci expriment leur solidarité sans faille et renouvellent leur appel à mobilisation nationale contre les méga-bassines le 6 novembre prochain à Mauzé-sur-le-Mignon en pleine COP 26.
Cette arrestation de militants, menottés et à l’aube est une véritable mise en scène visant à intimider à nouveau l’ensemble du mouvement anti-bassines.
Une convocation aurait en effet suffi, le collectif Bassines Non Merci ayant désormais l’habitude de répondre aux convocations de la gendarmerie.
Cette mise en scène indigne ne fait que confirmer le soutien du gouvernement à ces projets d’accaparement de l’eau par l’agro-industrie, qu’il appuie déjà financièrement.
Ces méga-bassines privatisent la ressource en eau, au profit de quelques uns et d’un modèle agricole simplifié, industriel et destructeur.
Nous ne nous laisserons pas intimider.
Ce coup de pression ne fait que renforcer notre détermination à stopper ces projets absurdes et mortifères et à nous battre pour une préservation et un partage de la ressource en eau.
Nous serons encore plus nombreux.ses le 6 novembre prochain pour répondre à cette attaque et marquer notre solidarité.
No bassaran !
A l’heure de ce communiqué, Julien Le guet vient de sortir de Garde à Vue.