Manifestation contre la ré autorisation des produits au glyphosate : Rendez vous à Angers le 10 novembre

Communiqué du CSVPO (Collectif de Soutien aux Victimes des Pesticides de l’Ouest) :
Les représentants des 27 états européens doivent décider ce 16 novembre de la prolongation ou non de l’autorisation du glyphosate.

Vous trouverez ci-joint l’appel de 15 organisations et associations des Pays de Loire et Bretagne à nous rassembler pour demander la non-prolongation de cette autorisation

Vendredi 10 novembre à 12h

devant la mairie d’ANGERS

dont Mr BECHU fut le maire avant d’être aujourd’hui ministre de la Transition écologique et auquel nous demanderons une entrevue.

Nous proposons que chacun apporte son pique-nique, des pancartes faites main, des banderoles etc…

Plusieurs prises de parole sont prévues (Confédération Paysanne, Soutien victimes pesticides, FNE Anjou, GABB Anjou)

Pour organiser un covoiturage à partir de la Bretagne, contactez :

Côtes d’Armor / Finistère René LOUAIL 06 72 84 87 92 Louail.rene@gmail.com
Ille et Vilaine Michel BESNARD 06 73 19 56 07 besnard.jami@orange.fr
Loire Atlantique Gilles RAVARD 06 18 91 39 78 gilles.ravard@orange.fr
Morbihan Annick LE MENTEC 07 83 02 43 04 ann.lementec@gmail.com

Faîtes passer l’information dans vos réseaux.

Soyons nombreux.

A vendredi

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Communiqué des organisations participantes

Rennes, Angers le 7 novembre 2023

NON À LA RÉAUTORISATION DU GLYPHOSATE

 

Le 13 octobre dernier, la Commission européenne a échoué à obtenir des 27 représentants d’états européens qu’ils votent à la majorité sa proposition de réautorisation du glyphosate en Europe.

Un nouveau vote doit avoir lieu le 16 novembre.

Cet échec est une lueur d’espoir pour ceux qui se préoccupent des effets des formulations pesticides du glyphosate sur la santé humaine et l’environnement.

Pour nous, la question fondamentale ne porte pas sur la durée de prolongation de l’autorisation, mais sur l’arrêt complet des formulations contenant du glyphosate.
Il est impératif que les pays européens, en particulier la France,
évaluent les formulations complètes des pesticides de synthèse, ce qui mettrait fin à l’usage de ce pesticide le plus utilisé au monde, ainsi qu’à l’utilisation de tous les autres pesticides de synthèse.
En Allemagne, l’interdiction du glyphosate sera mise en œuvre dès 2024. Par contre en France, au début de son premier mandat, le président Macron s’était engagé à mettre fin à l’utilisation du glyphosate au plus tard en 2021. Depuis, il est revenu sur cet engagement.

Alors que dès 2015, la recherche scientifique académique a qualifié le glyphosate, même à petite dose, de cancérogène probable pour l’homme, l’agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) en minimise les risques, en se basant essentiellement sur les données fournies par les fabricants de pesticides. Elle néglige les preuves scientifiques irréfutables émanant d’organismes tels que l’INSERM en France, qui appellent à son interdiction au sein de l’Union européenne.

Les paysannes et paysannes sont les premiers touchés par l’utilisation des pesticides de synthèse ; malgré un processus de reconnaissance en maladie professionnelle compliqué, de plus en plus de pathologies sont dorénavant reconnues et imputables à l’usage de ces produits.

En outre, le glyphosate participe à l’agrandissement sans limite des exploitations agricoles en permettant de s’affranchir de pratiques agricoles mettant pourtant l’emploi et l’agronomie au cœur des modes de production. Des solutions alternatives existent et ont déjà fait leurs preuves : désherbage mécanique, rotations, mise en place de prairies, paillages…

Sortir du glyphosate comme sortir des pesticides de synthèse demande une véritable volonté politique, française et européenne, qui doit s’accompagner de moyens pour garantir un revenu aux paysan.ne.s :

  • Un accompagnement technique et financier pour modifier les pratiques, prenant en compte tous les aspects
  • des politiques agricoles et environnementales cohérentes et protectrices (clauses miroir dans les accords de libre-échange, instauration des prix minimum d’entrée, rémunération des services environnementaux de l’agriculture paysanne, …)

En outre, les conséquences négatives de son usage sur la santé, la qualité de l’eau, la biodiversité sont supportées par les citoyens et la collectivité et non par les utilisateurs et les vendeurs.

Nous, citoyens engagés, estimons que la santé des agriculteurs, des riverains et des consommateurs doit être placée au premier plan, bien au-dessus des intérêts des lobbys de l’agro-industrie.

 

C’est pourquoi, nos associations se réuniront lors d’un pique-nique pour exprimer notre refus de réautoriser un produit aussi controversé que le glyphosate :

Vendredi 10 novembre à 12h,

Devant la mairie d’ANGERS

Boulevard résistance et déportation

Pour nous contacter : CSVPO : 06 73 19 56 07 – FNE ANJOU : 06 07 96 38 19  

Signatures :

Confédération Paysanne du Maine et Loire

Confédération Paysanne de Bretagne

Faucheurs Volontaires d’OGM

FNE Anjou

Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest

PIG BZH

GABB Anjou

Vitré Tuvalu

Secrets Toxiques

Collectif environnement val d’Authion 49

La Passiflore (Fougères)

La Nature en Ville (35)

Collectif environnement Sèvre et Loire (44)

Osons (St Malo)

SN21 (56)

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Presse :

A Angers, un rassemblement organisé contre la réautorisation du glyphosate

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/rassemblement-ce-vendredi-a-angers-contre-la-reautorisation-du-glyphosate-pourquoi-ils-disent-non-d1297dbe-7e1e-11ee-9e40-5131acac1bc0

 

La Commission Européenne prévoit de dérèglementer les OGM : communiqué des Faucheuses et Faucheurs Volontaires d’OGM

2023 : La Commission européenne (CE) prévoit de déréglementer la majorité des OGM: ils circuleront incognito

. Les OGM sont définis par la directive européenne 2001/18: ce sont des organismes génétiquement modifiés d’une façon qui ne se fait pas naturellement.

. La mobilisation citoyenne contre les OGM en France a abouti en 2018 à un arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui confirme que tous les OGM obtenus par des nouvelles techniques de modification génétique sont des OGM soumis aux obligations d’ évaluation des risques, d’étiquetage et de traçabilité et suivi post commercialisation.

. Les multinationales des biotechnologies ne l’entendent pas ainsi et depuis 2018, se sont données d’énormes moyens pour contrer cet arrêt. L’exécutif européen (la CE) y a été sensible. Il a publié le 5 juillet 2023 sa proposition qui vise à faire disparaître juridiquement la plupart des nouveaux OGM qui s’appelleront végétaux NTG ( = nouvelles techniques génomiques). Changer le nom : subterfuge et mensonge.

Le texte de cette proposition, basé sur des « opinions » de l’EFSA (Autorité sanitaire en Europe) et des consultations biaisées est truffé d’approximations et de mensonges scientifiques présentés comme des vérités. Le plus déterminant de ces mensonges est de dire que ces « végétaux NTG » pourraient ne pas différer des végétaux issus de la la sélection traditionnelle ou de la nature. La CE prétend que l’on ne pourrait pas distinguer les plantes modifiées de celles qui ne le sont pas. Or, un rapport d’experts européens le contredit mais la CE l’ignore. D’ailleurs, les développeurs qui déposent des brevets sur ces OGM mettent en avant ces différences pour justifier leur innovation, preuve qu’elles existent.

La CE ne veut plus considérer le procédé de modification génétique mais le produit c’est à dire le végétal obtenu par ce procédé. Pour parler d’équivalence entre plantes, elle ne compare que les séquences numériques des gènes concernés. L’ensemble du génome, son organisation, les autres caractères de l’organisme sont ignorés. Elle prévoit donc de supprimer l’obligation de publier le procédé.

. Ainsi, les 4 multinationales semencières actuelles pourraient commercialiser ces plantes sans entraves et s’approprier encore plus le vivant. Les conséquences sont nombreuses et préoccupantes :

  • l’autonomie semencière des petits paysans serait compromise : sans publication des procédés concernant ces OGM nouvellement baptisés NTG, ceux-ci n’auront aucun moyen de prouver que leurs semences traditionnelles ne sont pas des contrefaçons d’OGM brevetés. L’agriculture biologique est particulièrement menacée par ces contaminations et serait condamnée à disparaître.

  • ces OGM n’étant plus étiquetés , tous les habitants de l’Union mangeront des OGM sans le savoir… Leur droit à une alimentation choisie n’existerait plus.

  • les petits semenciers européens devront payer des royalties aux titulaires des brevets, ils disparaîtront.

  • plus inquiétant encore : la CE considère que, puisque les plantes obtenues sont équivalentes aux plantes traditionnelles, il n’y aura pas lieu, dans la plupart des cas, d’étudier leurs risques. D’ailleurs, le texte de la proposition le dit clairement : « le cadre législatif actuel n’étant axé que sur les risques n’est plus adapté pour permettre à l’Union de tirer parti des nouveaux développements en matière de biotechnologie ». Pour ces « nouveaux » OGM, les effets non intentionnels de ces manipulations génétiques dont certains très préoccupants pour tout le vivant, ne seront plus considérés (alors que même l’EFSA les reconnaissait pour certains cas) …

Le principe de précaution pourtant inscrit dans le droit européen n’est plus mentionné et ne sera plus appliqué.

. La CE habille son texte de promesses concernant ces « végétaux NGT » et introduit un concept de durabilité des plantes alors que tout paysan ou biologiste le sait : cela n’a aucun sens, seuls les systèmes agraires peuvent prétendre à la durabilité.

. Et cerises sur le gâteau :

    • la CE exonérerait toutes les techniques actuelles et même celles à venir !

    • la CE interdirait d’interdire la culture de ces « nouveaux » OGM aux États de l’Union !

    • les discussions ont commencé au Conseil de l’UE, qui réunit les ministres des États membres. La présidence espagnole du Conseil veut accélérer la procédure et souhaite une adoption avant la fin de l’année!

https://faucheurs-volontaires.fr/

Procès baillon – Communiqué de l’association “Alerte aux Toxiques” : “On se lève, on paie et on va en appel !”

ALERTE AUX TOXIQUES

Plainte pour dénigrement des vins de Bordeaux, le procès bâillon à 125 000 € du syndicat des vins de Bordeaux contre Alerte aux Toxiques et sa porte-parole :

On se lève, on paie et on va en appel !

CP 27 10 2023-Alerte-aux-toxiques

Le Vendredi 27 Octobre 2023.

En février 2021 le tribunal de Libourne condamnait AAT et sa porte-parole à 125 000 € de dédommagements pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière » des vins de Bordeaux suite à la publication d’un dossier de presse contenant des analyses d’un laboratoire agréé qui montraient la présence de résidus de pesticides dans des bouteilles de vin labélisées haute valeur environnementale (HVE).

Ce jugement inédit était assorti de l’exécution provisoire qui obligeait AAT et sa porte-parole à payer solidairement la somme avant même une audience devant la Cour d’Appel.

Malgré les versements effectués à hauteur de leurs moyens, preuves à l’appui, les plaignants sont aussi parvenus à obtenir la radiation de l’appel au motif que la totalité de la somme n’avait pas été payée.

Une décision inédite pour une juridiction de première instance, qui entrave notre droit à un recours effectif malgré l’existence de plusieurs textes et décisions de jurisprudence [1] et qui constitue une mise en cause du droit d’informer et de la liberté d’expression sur un sujet d’intérêt général et de santé publique.

Néanmoins notre petite association et sa porte-parole ont bénéficié d’une solidarité et d’un soutien extraordinaires pour faire face aux méthodes écrasantes du luxueux syndicat :

2852 personnes ont abondé au financement participatif.

27 organisations ont également soutenu financièrement l’association et sa porte-parole et se sont impliquées à leurs côtés contre ce procès bâillon et cette omerta.

Aussi, nous tenons à leur adresser un grand MERCI !

Grâce à elles, la vérité peut être rétablie !

Pour que l’on parle enfin du fond dans ce dossier : Que met-on sur les vignes des propriétés labélisées HVE pour produire ces vins ?

Pour empêcher de faire jurisprudence et interdire d’informer le public sur ce label qui permet l’utilisation de produits suspectés d’être cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et/ou perturbateurs endocriniens pour produire du vin.

Pour mettre en lumière des moyens et des méthodes de plus en plus puissantes ayant pour unique objectif d’empêcher de mettre la question des pesticides sur le devant de la scène.

Pour protéger le droit d’informer, de s’informer et la liberté d’expression.

Pour mettre en évidence le manque de sanctions pour ceux qui n’instruisent pas les alertes, voire les entravent.

Pour que la justice fasse prévaloir les droits des travailleureuses et des citoyen.ne.s face aux puissants.

Ce procès aura au moins permis de mettre en lumière la question de l’utilisation des pesticides et les moyens mis en œuvre pour empêcher de mettre cette question sur le devant de la scène.

Mais à quel prix ?

Rendez-vous à 13h00 Allées de Tourny près du carrousel pour une déclaration publique

Valérie Murat, Porte-parole d’AAT : 06 11 52 65 97 valeriemu@outlook.fr

[1] Article 10 de la Convention des droits de l’homme qui assure la liberté d’informer et de s’informer. Article 13 de la Convention Européenne des droits de l’homme. Cour de cassation, 1ere chambre civile, 1 juillet 2018 n°17-21457 pose le principe selon lequel la notion de dénigrement commercial ne peut valablement servir de fondement juridique pour limiter la liberté d’expression lorsqu’on est en présence d’un débat d’intérêt général portant sur la santé publique.

Valérie Murat reçoit le prix éthique ANTICOR
Valérie Murat reçoit le prix éthique ANTICOR

Global Glyphosate Study : une étude mondiale re-révèle la cancérogénicité des herbicides à base de glyphosate

Une étude mondiale sur le glyphosate révèle que les herbicides à base de glyphosate provoquent la leucémie au début de la vie

Publication du 25 octobre 2023

Global Glyphosate Study Reveals Glyphosate-Based Herbicides Cause Leukemia in Early Life

Global Glyphosate Study Reveals Glyphosate-Based Herbicides Cause Leukemia in Early Life

GGS : Global Glyphosate Study

Une étude toxicologique internationale multi-institutionnelle a révélé que de faibles doses d’herbicides à base de glyphosate provoquent une leucémie chez le rat.
Il est important de noter que la moitié des décès dus à la leucémie identifiés dans les groupes d’étude se sont produits à un âge précoce.
Les premières données sur la cancérogénicité de l’étude mondiale sur le glyphosate (GGS) ont été présentées mercredi lors de la conférence scientifique internationale « Environnement, travail et santé au 21e siècle : stratégies et solutions à une crise mondiale », à Bologne, en Italie.

Le glyphosate est le désherbant le plus utilisé au monde et on le retrouve régulièrement dans les aliments, l’eau et les échantillons humains.
Dans cette étude à long terme, le glyphosate seul et deux formulations commerciales, Roundup BioFlow (MON 52276) utilisé dans l’UE et Ranger Pro (EPA 524-517) utilisé aux États-Unis, ont été administrés à des rats via de l’eau potable dès la vie prénatale. à des doses de 0,5, 5 et 50 mg/kg de poids corporel/jour.
Ces doses sont actuellement considérées comme sûres par les agences de réglementation et correspondent à la dose journalière acceptable (DJA) de l’UE et au niveau sans effet indésirable observé (NOAEL) de l’UE pour le glyphosate.

Le Dr Daniele Mandrioli, coordinateur de l’étude mondiale sur le glyphosate et directeur de l’Institut Ramazzini, a déclaré mercredi que « environ la moitié des décès par leucémie observés chez les rats exposés au glyphosate et aux herbicides à base de glyphosate se sont produits moins d’un an après.
En revanche, aucun cas de leucémie n’a été observé avant l’âge d’un an chez plus de 1 600 rats Sprague-Dawley étudiés au cours des deux dernières décennies aux États-Unis.

Programme national de toxicologie (NTP) et Institut Ramazzini.
Le GGS est l’étude toxicologique la plus complète jamais menée sur le glyphosate et les herbicides à base de glyphosate.
Il fournit des données vitales aux régulateurs gouvernementaux, aux décideurs politiques et au grand public.
Il examine les impacts du glyphosate et des herbicides à base de glyphosate sur la cancérogénicité, la neurotoxicité, les effets multigénérationnels, la toxicité organique, la perturbation endocrinienne et la toxicité pour le développement prénatal.

Plusieurs articles évalués par des pairs issus de l’étude devraient être publiés à partir de début 2024. « Ces résultats sont d’une telle importance pour la santé publique que nous avons décidé qu’il était essentiel de les présenter maintenant avant leur publication.
Les données complètes seront rendues publiques et soumises pour publication dans une revue scientifique dans les semaines à venir », a conclu le Dr Mandrioli.

Les conclusions du GGS sur la toxicité du glyphosate pour le microbiome, qui ont été évaluées par des pairs et publiées fin 2022 et présentées au Parlement européen en 2023, ont également montré des effets indésirables à des doses actuellement considérées comme sûres dans l’UE (0,5 mg/kg de poids corporel/kg). jour, équivalent à la dose journalière acceptable de l’UE).

Le GGS a précédemment publié une étude pilote qui a montré une toxicité endocrinienne et reproductive chez des rats à des doses de glyphosate actuellement considérées comme sûres par les agences de réglementation aux États-Unis. (1,75 mg/kg pc/jour).

Ces résultats ont ensuite été confirmés dans une population humaine de mères et de nouveau-nés exposés au glyphosate pendant la grossesse.

Cette étude multi-institutionnelle, coordonnée par l’Institut Ramazzini, implique des scientifiques d’Europe et des États-Unis. et en Amérique du Sud, ce qui donne un poids supplémentaire aux résultats.

Des scientifiques participent à l’étude de l’École de médecine Icahn du Mont Sinaï, de l’Université George Mason, de l’Université de Bologne, de l’Université de Copenhague, du Boston College, de l’Institut national italien de la santé, de l’Université fédérale du Parana, de l’Université de Californie à Santa Cruz et de l’hôpital de Gênes. Saint Martin.

Réactions à l’étude GGS :

https://www.generations-futures.fr/actualites/etude-leucemie-glyphosate/

Pesticides Action Network Europe
Communiqué de PAN Europe – le 25 octobre 2023
Les ONG européennes exigent une refonte urgente de la politique et un retard dans l’approbation par l’UE de l’utilisation du glyphosate.
Une nouvelle étude a publié des données révolutionnaires(link is external) sur la manière dont de faibles niveaux d’herbicides à base de glyphosate – que l’on croyait auparavant sûrs – ont provoqué des cas de leucémie chez de jeunes rats, suite à des expositions précoces. (1)
La « Global Glyphosate Study » est une recherche internationale multi-institutionnelle coordonnée par l’Institut Ramazzini en Italie.

Un vote crucial de l’UE sur le renouvellement pour 10 ans de l’utilisation approuvée du glyphosate est prévu début novembre.
Les États membres n’ont pas réussi à réunir la majorité qualifiée requise en octobre.
Pesticide Action Network (PAN) Europe, PAN Allemagne et WeMove et d’autres organisations de la Coalition Stop Glyphosate(le lien est externe) appellent la Commission européenne à retirer sa proposition actuelle de renouvellement de la licence pour le glyphosate à la lumière de nouvelles preuves qui viennent d’arriver. de l’étude mondiale sur le glyphosate montrant que le glyphosate peut provoquer le cancer même à faibles doses.

Ces preuves s’ajoutent à des préoccupations majeures concernant la neurotoxicité et une relation possible avec la maladie de Parkinson, les dommages causés au microbiome humain et au système immunitaire, ainsi que le stress oxydatif et les dommages à l’ADN pouvant être causés par le glyphosate et ses produits.
Tous ces effets nocifs importants ont été ignorés ou sous-estimés par l’EFSA dans ses avis.

Peter Clausing, toxicologue (PAN Allemagne) :
« Cette étude de haute qualité nécessite toute l’attention des autorités européennes, car elle fournit de nouvelles preuves alarmantes corroborant les conclusions antérieures sur les effets cancérigènes du glyphosate sur le système lymphatique observées dans des études sur des souris et dans des études épidémiologiques humaines. »

Angeliki Lysimachou, responsable scientifique et politique (PAN Europe) :
« L’étude souligne que le renouvellement de la licence du glyphosate est plus que discutable – c’est carrément illégal.
Les autorités européennes ont commis une énorme erreur en concluant que le glyphosate et la formulation représentative sont sûrs. La bonne étape à présent consiste pour l’UE à retirer la proposition actuelle de réautorisation et à faire pression pour son non-renouvellement.»

Anne Isakowitsch de WeMove Europe :
« Plus de 2,5 millions de personnes en Europe réclament l’interdiction du glyphosate.
(2) Cette nouvelle recherche montre qu’il serait irresponsable de permettre que du glyphosate soit pulvérisé sur nos champs pendant encore 10 ans. « L’UE doit écouter les citoyens. »

Eoin Dubsky, directeur de campagne senior (Ekõ) :
« La présidente de la Commission européenne ne peut pas dire sans hésiter qu’elle protège les personnes et notre planète si ses responsables ignorent désormais cette nouvelle étude toxicologique accablante.
Von der Leyen doit choisir : Parti européen des pesticides ou Parti populaire.»

Pétition : la France doit s’opposer au renouvellement du glyphosate en Europe

Exigeons ensemble que la France s’oppose publiquement au renouvellement de l’autorisation de ce pesticide toxique en Europe.

https://www.generations-futures.fr/actualites/glyphosate-petition/

Projection débat du film Secrets Toxiques à Ploemeur (56) : 27 octobre

Projection débat du film Secrets Toxiques

Secrets Toxiques : le film

VENDREDI 27 OCTOBRE

à  19 h 00

Salle polyvalente de Fort Bloqué
8 rue des Glycines.
Ploemeur

Projection organisée par l’association AEP de Fort Bloqué

Débat avec

  • Isabelle Georges (Administratrice de Secrets Toxiques et membre de la direction collégiale de PIG BZH).
  • Olivier Mazeas (ferme agroecologiste de Kerdroual à Ploemeur )
  • Pierre Avril ( agriculteur bio et gérant de l’entreprise Avril industrie, outils de désherbage mécanique )

 

Entrée libre, participation au chapeau, au bénéfice de Secrets Toxiques

Associations et organisations membres de Secrets Toxiques – octobre 2023

Agriculteur victime des pesticides : rassemblement de soutien, jeudi 19 octobre à Brest

 

Information du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest  :

Rassemblement de soutien à Pierre LE ROUX

Jeudi 19 octobre à 13h15,

devant le Tribunal judiciaire

150 rue Ernest Hemingway

à BREST.

 

Pierre a été producteur de tomates et de fraises sous serre et a utilisé des pesticides de synthèse.

Il souffre aujourd’hui de deux cancers l’un du rein, l’autre de la prostate ; ce dernier a été reconnu comme maladie professionnelle en août 2022.

Par contre, en décembre 2022, le Comité de Reconnaissance en Maladie Professionnelle (CRMP) a refusé de reconnaître le cancer du rein.

Me BARON défendra Pierre LE ROUX.

Ces combats qui dépassent le simple enjeu individuel, pour être gagnés, nécessitent la solidarité de tous ; aussi nous vous invitons à venir le soutenir devant le Tribunal.

Cordialement

Pour le Collectif

Daniel BODENES – 07 87 17 13 22

Michel BESNARD – 06 73 19 56 07

www.facebook.com/victimepesticide.ouest/

http://victimepesticide-ouest.ecosolidaire.fr/

https://www.youtube.com/channel/UCezXGq77eNHKrP3YvtFXTIQ

 

Communiqué de la Campagne Glyphosate France

La Campagne Glyphosate France communique :

Le 15 octobre 2023

Les actualités sur les pesticides révoltent toutes celles et tous ceux qui défendent le vivant en luttant contre les pesticides,

notamment :

La certitude que le renouvellement du glyphosate sera prochainement décidé, au vu des positionnements des états membres et de la commission européenne, et ce contre l’intérêt des populations, de leur santé et de la biodiversité.

Le classement sans suite de quelques 5400 plaintes pénales déposées dans le cadre de la Campagne Glyphosate France suite aux 6850 analyses d’urines qui démontrent l’imprégnation permanente et quasi générale de la population française par des pesticides basés sur cette molécule.

Ces décisions sont inacceptables.

Depuis des dizaines d’années, des milliers d’études scientifiques démontrent la dangerosité des pesticides à base de glyphosate.

Des organismes publics comme l’INRAE1, l’INSERM2, le CIRC3, le CNRS4 alertent sur la nocivité de ces produits sur la santé et la biodiversité sans que leurs travaux ne soient pris en compte.

Le cnDAspe5 a demandé à plusieurs reprises que deux évaluations portant sur l’impartialité et sur la rigueur méthodologique des expertises soit instaurées dans les instances européennes, sans suite.

Une étude de notre équipe scientifique, récemment publiée, invalide la méthode utilisée par les agences de sécurité alimentaire pour affirmer que notre imprégnation au glyphosate serait sans risque6.

Secrets Toxiques7, regroupant près de 80 associations, a les preuves irréfutables que la réglementation européenne qui encadre les autorisations de mise sur le marché des pesticides n’est pas respectée par les organismes qui en ont la charge, et ce malgré l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 1er octobre 20198.

Rien n’y fait. Mensonges, tromperies, non respect des règlements européens, tout est bon pour que les intérêts financiers passent avant la santé et la protection du vivant.

En même temps l’état adopte un barème d’indemnisation pour les enfants et proches victimes d’une exposition prénatale aux pesticides, reconnaissant de ce fait la toxicité et la nocivité de ces substances 9.
25000 € pour la perte d’un enfant… c ‘est le prix fixé par L’État.

La Campagne Glyphosate France refuse ces atteintes au droit fondamental de vivre dans un environnement sain.

Elle étudie tous les recours juridiques pour continuer de porter ces plaintes, et, au sein de la coalition Secrets Toxiques, travaille aux recours pour faire annuler toutes décisions visant à ré autoriser des produits à base de glyphosate.

Contact presse : D.Masset. 06 10 94 66 82 

 

  1. Institut National de la Recherche pour l’Agriculture et l’Environnement

https://www.inrae.fr/evenements/impacts-produits-phytopharmaceutiques-biodiversite-services-ecosystemiques

https://www.inrae.fr/actualites/glyphosate-perturbe-fonctions-reproduction-animale-humaine

  1. Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

https://www.inserm.fr/expertise-collective/pesticides-et-sante-nouvelles-donnees-2021/

  1. Centre International de la Recherche sur le Cancer

https://www.prc.cnrs.fr/outils/les-agents-cancerogenes-selon-le-circ/

  1. Centre national de la recherche scientifique

https://www.biologie-journal.org/articles/jbio/abs/2007/03/jbio073013/jbio073013.html

  1. Commission nationale Déontologie et Alertes en santé publique et environnement

https://www.alerte-sante-environnement-deontologie.fr/deontologie-et-alertes-en-sante-publique-et-environnement/actualites/article/avis-conditions-de-la-confiance-des-citoyens-vis-a-vis-du-processus-d

  1. Underestimation of glyphosate intake by the methods currently used by regulatory agencies | SpringerLink
  1. https://secretstoxiques.fr/
  1. Arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 1er octobre 2019.

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:62017CJ0616

  1. Légifrance arrêté du 7 janvier 2022

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044993676

Alerte aux Toxiques : Valérie Murat a besoin de votre soutien pour pouvoir faire appel !

MAJ du 24 octobre : il semble que le compte est bon, merci à toutes et à tous !!!

~~~~~~~~~~~~~~~~

Communiqué de l’association “Alerte aux Toxiques” :

Oct 12, 2023 — 

Bonjour à toutes et tous,

J’espère que vous allez bien depuis tout ce temps !

Après ces longs mois de silence, je reviens vers vous au sujet de Valérie Murat, suite à sa condamnation à verser 125000 euros + les dépens, aux vins de Bordeaux. C’est en effet prochainement que la somme devra être versée. Dans cette optique, nous relançons la cagnotte qui est toujours en ligne et toujours active, pour l’aider à réunir les fonds nécessaires.

Pour celles et ceux qui le peuvent, nous savons combien les temps sont difficiles, et le souhaitent, vous pouvez participer via le lien suivant :

https://gofund.me/e8e48dfd

En vous remerciant toutes et tous,

Très cordialement,

Marie-Lys.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pour mémoire, c’était en novembre 2021 : https://pig.log.bzh/2021/11/14/vins-de-bordeaux-hve-suite-valerie-murat-devra-payer-125000-e-pour-pouvoir-faire-appel/

Soutien PIG BZH à l’association « ALERTE AUX TOXIQUES »

L’Appel le plus cher de l’histoire de la justice civile !

« Valérie Murat a deux ans pour s’acquitter de la somme, et ça vous donne le droit que l’affaire soit examinée… c’est l’appel le plus cher de l’histoire de la justice civile ! », a ironisé son avocat Eric Morain. « Le CIVB cherche à m’asphyxier et à faire de moi un martyr, ils n’y parviendront pas », a réagi Valérie Murat.

Ré autorisation du Glyphosate : décision reportée à novembre 2023

Comme on pouvait s’y attendre, l’Union Européenne ne s’est pas entendue sur la prolongation de l’autorisation du glyphosate.
“La proposition de Bruxelles n’a pas remporté ce vendredi la majorité qualifiée nécessaire. La France s’est abstenue, faisant pencher la balance. Très divisés sur l’utilisation du premier herbicide mondial, les Vingt-sept ont rendez-vous pour un ultime vote en novembre.”

source : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/glyphosate-lunion-europeenne-ne-sentend-pas-sur-une-prolongation-dautorisation-1986978

https://www.lesoir.be/543216/article/2023-10-13/prolongation-du-glyphosate-pas-daccord-europeen-nouveau-vote-en-novembre

https://www.ladepeche.fr/2023/10/13/glyphosate-la-france-sabstient-dans-le-vote-sur-la-prolongation-de-son-utilisation-dans-lue-11516172.php

Et la France cherche à passer pour la championne de l’écologie en obtenant 7 ans à la place de 10 et quelques restrictions d’utilisation…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Nous demandons, nous, PIG BZH, au sein de la coalition Secrets Toxiques, que la prolongation de cette autorisation soit conforme au règlement européen, ni plus ni moins.
Le glyphosate n’étant jamais utilisé seul, c’est sa formulation complète représentative qui doit être évaluée pour l’autorisation.
Et sa formulation représentative est truffée de Secrets Toxiques …

Affaire à suivre …
Cf https://secretstoxiques.fr

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mise à jour du 16 octobre 2023

Et en attendant on compte les victimes :

https://reporterre.net/Glyphosate-pour-la-premiere-fois-un-jeune-indemnise-apres-une-exposition-prenatale

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

L’agriculture du XXIe siècle, selon le gouvernement actuel, et le syndicat agricole majoritaire Affichage parodique et satyrique

Secrets Toxiques à la fête de la Terre de Plufur : 15 octobre

Nous avons présenté très rapidement le film et la coalition Secrets Toxiques le 14 septembre dernier, à Lanvellec, avant de filer à Lannion pour une projection de  l’étape costarmoricaine du Tour de France de Secrets Toxiques

C’était lors du débat organisé par l’association Germinale, avec Nicolas Legendre, autour de son livre “Silence dans les Champs”

Et nous revenons à Plufur, à l’invitation de l’association Germinal, pour la fête de la Terre, le 15 octobre prochain.

Pour 3 diffusions du film Secrets Toxiques et un débat, lors de la fête de la Terre du 15 octobre 2023, à la salle polyvalente de PLUFUR

Les projections auront lieu à

  • 10h30 > 11h 30
  • 12 h > 13 h
  • 13h30 > 14 h 30

Le débat est à 15 h

En présence de :

  • Pierre-Henri Gouyon – Professeur émérite au Museum National d’Histoire Naturelle
  • Isabelle Georges – administratrice de Secrets Toxiques et de PIG BZH
  • Aurore Pont – du Collectif de Soutien aux Victimes des Pesticides de l’Ouest
  • Jean Marc Camus – arboriculteur

Fête de la Terre à Plufur, 15 octobre 2023 : programme détaillé